Les valeurs présidant les choix pédagogiques

La finalité du projet pédagogique repose sur le développement des valeurs soignantes fondamentales suivantes:

Le Respect :

  • Respecter autrui mais aussi se respecter soi-même.
  • Respecter la législation, les lieux, le silence,
  • Etablir la distance adaptée au contexte relationnel
  • Respect en tant que regard afin de voir et percevoir l’humanité de l’autre.
  • Le respect ne va pas de soi, il demande un effort, (effort de regarder l’autre).Il nous confronte à nos limites, à notre condition d’humain.
  • Il nous met à l’épreuve de la rencontre avec l’autre.

La Dignité :

  • L’enjeu de la dignité est la reconnaissance de l’esprit de l’autre, de sa vie, de sa liberté.
  • Etre conscient de ce que nous faisons à l’autre, concerne son corps et sa vie.
  • Elle ne se donne pas et ne se perd pas. Elle ne dépend pas du regard de l’autre.
  • Elle n’est pas apportée de l’extérieur par autrui, un homme possède une dignité.

La Bienveillance :

  • Disposition générale soucieuse de rapports humains agréables et bienfaisants.
  • Expression de l’intérêt que l’on porte à l’autre
  • Veiller à ne pas ajouter de la difficulté à ce qui est déjà difficile
  • La bienveillance est exigeante et peut se heurter à des contextes peu favorables et des comportements non propices.
  • Souci concret que l’on a que les choses se passent bien, qu’elles soient aidantes, facilitantes, apaisantes.

La Politesse :

Se référer aux codes de bonne conduite.

  • Exprimer la considération que l’on a pour autrui.
  • Regarder l’autre en toute égalité.
  • Indispensable à des rapports humains civilisés.
  • La politesse des manières est un certain art de témoigner à chacun, par son attitude et ses paroles, l’estime et la considération auxquelles il a droit.
  • Le contraire de la politesse se traduit par la vulgarité (grossièreté)

L’Humilité :

  • Avoir conscience des limites induites par notre condition humaine.
  • La singularité de l’autre comprend une part de mystère.
  • L’humilité entraine une simplicité soignante.
  • Elle combat l’arrogance, un poison, incompatible avec les valeurs soignantes

 

La Sensibilité :

 

  • Capacité de se laisser toucher par l’humanité de l’autre
  • Se montrer sensible à la sensibilité de l’autre
  • La sensibilité est un moteur de l’intention de prendre soin
  • S’autoriser à un attachement juste à l’autre
  • Se laisser toucher par l’humanité d’autrui, par sa situation, par ses difficultés, par ses appréhensions ou ses peurs, ses incompréhensions, ses obstinations.
  • Elle prémunit le soignant de travailler sans état d’âme.
  • Les sens du soignant sont en mouvement.
  • Percevoir ce qui est important pour une personne et qui ne se réduit pas à la nature de sa maladie

La Générosité :

  • Chercher à faire un peu plus que ce qui est nécessaire
  • Aller un peu au-delà de l’indispensable
  • Apporter un peu de bonheur à l’autre
  • Faire plaisir à l’autre
  • Composante subtile de l’art soignant au singulier

La Délicatesse :

  • Avoir le souci de la dignité de l’autre
  • Avoir pleine conscience de ce que nous disons et de ce que nous faisons
  • La délicatesse est le sens de la finesse dans les rapports humains, dans la manière de regarder l’autre, dans la manière de lui parler, dans la manière que j’ai d’écouter, dans la manière que j’ai de toucher l’autre.

Afin d’accompagner l’étudiant dans cette professionnalisation, l’équipe a fait le choix de s’appuyer sur les valeurs pédagogiques suivantes :

La solidarité :

Qui se traduit :

- Par le respect de la place de chacun dans l’équipe pluridisciplinaire.

- Le respect du travail de l’autre, l’ouverture au dialogue, la tolérance.

- Le soutien, l’entraide de chacun.

- L’esprit d’initiative, la volonté de participer.

La responsabilité :

- Les professionnels de santé ont des compétences qui sont régies par des textes réglementaires, il est indispensable de les connaître et d’en tenir compte dans la pratique quotidienne.

- A ce titre, chacun, pour prétendre être un professionnel reconnu comme tel, doit être garant de sa pratique.

- Etre responsable, c’est également être autonome, c’est à dire réaliser ou non une action, la mener à son terme, en rendre compte et en assumer les conséquences.

 

[1] Walter HESBEEN, « Humanisme soignant et soins infirmiers, un art du singulier », éditions ELSEVIER MASSON, septembre 2017, 176 pages.